Maryse Charles, Jean-François Charles, Frédéric Bihel, Africa dreams : 4 tomes, Casterman 2010-2016

 

Tome 1 – L’ Ombre du roi

Tome 1 – L’ Ombre du roi

Cette bande dessinée relate l’histoire de la colonisation du Congo, accaparé par le roi des Belges qui l’exploita sans scrupules et sans morale. Ce premier tome fait découvrir au personnage central, Paul Delisle, l’horreur que vivent les tribus africaines sous le joug de Léopold II et sous l’œil complice des missionnaires

[Aide-mémoire, n°52, avril-juin 2010]

 

 

 

 

 


Tome 2 – Dix volontaires sont arrivés enchaîné

Bande dessinée sur la colonisation du Congo par le roi Léopold II. Ce deuxième tome décrit une nouvelle fois l’horreur des traitements infligés aux « indigènes » alors que s’amorcent les premières prises de conscience de cet esclavage. L’histoire met en parallèle deux combats : celui d’Edmund Dene Morel, journaliste britannique découvrant une cargaison de chaînes envoyées vers le Congo et luttant pour arrêter ce carnage, et le combat de Léopold II, prêt à tout pour enrichir toujours plus son pays.

[Aide-mémoire, n°60, avril-juin 2012]

 

 

 


Tome 3 – Ce bon Monsieur Stanley

Ce tome 3 nous fait partager l’aventure de l’expédition de secours à Emin Pacha raconté par Henry Morton Stanley, tout en continuant à nous montrer les exactions commises par les missionnaires et autres colonisateurs « pour le bien » de l’Afrique noire.

[Aide-mémoire, n°67, janvier-mars 2014]

 

 

 


Tome 4 – Un procès colonial

Avec ce 4e tome, le récit de l’Africa Dreams se conclut. Fin XIXe siècle, Léopold II fait fructifier le patrimoine de sa « propriété privée », le Congo, en confiant sa gestion à des fonctionnaires, mais surtout à des compagnies commerciales… privées. Mais à quel prix ? Le rêve des uns devient le cauchemar des autres… Le peuple congolais voit ses ressources pillées et devient la victime d’incessantes exactions au nom d’un capitalisme outrancier. En sont témoins les différents personnages de la bande dessinée. Des voix commencent toutefois à s’élever, à dénoncer, et ce même en Métropole. Le pouvoir décide d’organiser alors la répression. William Sheppard, un missionnaire afroaméricain, est jugé pour calomnies. Mais très vite, le procès tourne en procès du colonialisme…

[Aide-mémoire, n°77, juillet-août 2016]

 

 

Plus d’infos…