Joseph Tonda, L’impérialisme postcolonial. Critique de la société des éblouissements, Karthala, 2015

L’impérialisme postcolonial n’est pas l’impérialisme qui viendrait après la colonisation. Il est l’impérialisme noir, l’impérialisme invisible, de la Race ou de la Bête, c’est-à-dire de la valeur et de la libido, de l’Argent et du Sexe. Il est le point aveugle que partagent la théorie postcoloniale et ses contempteurs. Le spectre du Noir colonise l’imaginaire du Blanc. Mais, plus encore, le colonial est colonisé par le colonisé lui-même, son opposé qui est aussi sa création, et qui le mine de l’intérieur.

Avec rigueur et truculence, Joseph Tonda, l’un des penseurs les plus originaux du continent, poursuit sa réflexion sur le pouvoir en analysant les éblouissements de l’Afrique centrale comme de l’Occident. Prises dans une même destinée, nos sociétés sont chahutées entre enchantements et violences, entre calculs et folie, entre croyance et consommation, dans l’indiscernabilité du réel et de l’irréel, du passé et du présent, c’est-à-dire dans l’imaginaire. En faisant défiler sous nos yeux, eux aussi éblouis, les images-écrans, les images d’images de la mondialisation néolibérale qui ont saisi toutes les sociétés, il nous prouve une nouvelle fois qu’il n’est pas si facile de « tuer les yeux », en tout cas les siens.

http://www.karthala.com/les-afriques/3009-l-imperialisme-postcolonial-critique-de-la-societe-des-eblouissements.html